À la Une

Fashion Week Automne-Hiver 2021 2.0

Alors que nous sommes en train de souffler amèrement les bougies pour le premier, et on espère le dernier, anniversaire de Monsieur Covid-19, voilà que la Fashion Week Automne-Hiver 2021-2022 vient de se clôturer cette semaine à Paris. L’occasion de revenir bien sûr sur les tendances que l’on a pu y repérer mais aussi de s’intéresser aux différentes mises en scènes et dispositifs utilisés par les maisons de création qui ont su donner avec leurs défilés sans spectateurs physiques un véritable spectacle digital. Tandis que les premiers défilés qui avaient eu lieu après le début de la pandémie s’étaient déroulés à distance avec des moyens limités et conventionnels de retransmission, le milieu de la mode s’est réveillé, utilisant cette situation comme une opportunité de se surpasser dans ses mises en scène (clips, courts-métrages…), faisant corps avec l’ensemble du milieu artistique. Un rappel que tous les talents combinés (designers, couturiers, chorégraphes, vidéastes, musiciens…) font naître des merveilles. La preuve, si il y en avait encore besoin, que la création et l’imaginaire ne connaissent aucune limite pour se réinventer, s’adapter à n’importe quelle circonstance. Une belle leçon visuelle et auditive mais pas que !

On peut dire que cette Fashion Week aura su nous en mettre plein les yeux, chaque choix (lieu, musique, collaboration…) n’était clairement pas laissé au hasard tout comme le teasing digital omniprésent nous tenant en haleine jusqu’à la révélation finale. Un véritable #tictac comme pour le défilé Chanel résonnait en arrière-plan. L’impatience d’enfants ou l’envie pressante de s’évader le temps de quelques minutes dans des imaginaires inspirants qui arrivent à point nommé comme un bol d’air frais pour nous rebooster ? Peut-être un peu des deux, le pari est en tout cas réussi. A commencer par le show Dior où Maria Grazia Chiuri présentait sa dernière collection au sein du château de Versailles. A défaut de pouvoir y déambuler lors d’une visite, la créatrice nous y plonge avec une ambiance type contes de fées nocturnes. La célèbre Galerie des glaces se pare de l’installation de Silvia Giambrone, intitulée « la Galerie des Ombres », miroirs de cire et d’épines sans reflet, créant un jeu de lumières et d’ombres, de paraître et d’interprétations, métaphore de notre époque construite sur l’apparence. A chacun de s’en défaire pour s’affirmer individuellement. Une scénographie d’une violente délicatesse mêlant l’histoire du lieu et la contemporanéité de l’œuvre. L’heure est au bal des créatures de la nuit dans l’enceinte de château si symbolique des festivités et fééries du XVIII -ème siècle. Les danseurs sous la direction de la chorégraphe Sharon Eyal se muent dans cet environnement, autour de ces miroirs captivants mais dangereux dans des mouvements qui s’entremêlent au pas des mannequins et de leurs robes effleurant le parquet.

À la Une

la tendance du Bermuda-Eté 2020

Hello tout le monde ! J’espère que vous allez bien et que vous vivez au mieux ce confinement (ça commence à être long non ? 😉 ). En cette période on ne peut plus particulière j’essaye, comme la plupart d’entre nous, de suivre les conseils que l’on peut voir un peu partout. A savoir en profiter pour faire toutes ces tâches qui nous encombrent l’esprit au quotidien et pour lesquelles nous n’avons jamais le temps. Et bien c’est chose faite, le temps s’est imposé même si nous aurions préféré que cela ne se passe pas dans ces tristes conditions. Il peut être difficile de voir le côté positif dans tout cela et pourtant il faut essayer d’en tirer le meilleur. Alors pour ceux, comme moi, qui ne peuvent pas aller exercer leur travail comme avant, nous faisons du tri, du rangement à la Marie Kondo. Nous nous remettons au sport pour ne pas dérailler avec les charmantes youtubeuses comme Pamela Reif avec des workouts pendant lesquels, avouons-le, on passe plus de temps à lui en vouloir qu’à travailler nos abdos.

À la Une

L’exposition Yves Saint Laurent, les coulisses de la Haute Couture

Hello ! Je vous retrouve aujourd’hui, après un moment d’absence, pour partager avec vous ma visite de l’exposition Yves Saint Laurent, les coulisses de la Haute Couture* au sein du Musée des tissus de Lyon. Et quel meilleur endroit que celui-ci pour exposer le travail et surtout la collaboration du célèbre créateur français et des maisons de soieries lyonnaises ? Car oui il ne s’agit pas d’une exposition exclusivement focalisée sur Yves Saint Laurent et sa vie mais d’un regard sur son travail en transverse avec différents acteurs de la création dans le milieu de la Haute Couture. Lorsque nous regardons une création il nous arrive de la relier uniquement au nom délicatement brodé sur l’étiquette. Mais qui sont celles et ceux qui, dans l’ombre, ont contribué d’une manière ou d’une autre à sa réalisation ? Qui sont les petites mains des grandes maisons Lyonnaises ? Il est temps de plonger dans quatre décennies de travail au plus près des étoffes et de leurs secrets…

À la Une

Le « coup de soleil » de Jacquemus

A l’occasion de son défilé printemps-été 2020 et pour célébrer les 10 ans de sa maison, Simon Porte Jacquemus avait donné rendez-vous à ses invités le 24 juin dernier dans un lieu tenu secret jusqu’au bout. Le seul indice ? L’invitation pour le moins atypique: une crème solaire ! De quoi donner le tempo du show à venir et des envies de vacances au soleil. Chose promise, chose due, les journalistes, les ami(e)s, les influenceuses et célébrités (Emily Ratajovski, Eddy de Pretto…) se sont retrouvés en Provence, à Valensole. Non loin de la terre natale du créateur, entourés d’un magnifique champ de lavande paré d’un tapis rose fuschia. Le défilé anniversaire de la maison Jacquemus ne pouvait pas trouver meilleur écrin.

À la Une

Zoom sur: la tendance des barrettes

Ah les barrettes… ces petits objets nous ont suivi partout dès notre plus jeune âge. Qui n’a pas connu à un moment ou à un autre les barrettes de toutes les couleurs, plates ou en forme de papillons ou encore les discrètes épingles à cheveux que l’on égarait dans tous nos sacs ? Elles nous ont sauvé la mise plus d’une fois, habillé nos coiffures à plus d’une occasion. Un temps reléguées à leur usage pratique, les barrettes ont su se faire une place jusqu’à devenir une véritable tendance mode. Exit les barrettes discrètes, aujourd’hui on opte pour des modèles qui savent imposer leur style chic, romantique, rétro ou excentrique et décalé. En solo ou décuplées, en clin d’œil aux 90’s avec les mèches bien plaquées sur le côté ( Coucou Monica dans F.R.I.E.N.D.S !) ou complètement revisitées, il y en a pour tous les goûts. Le mot d’ordre ? S’amuser ou rester sage, peu importe, utilisons les barrettes comme accessoires de mode !

À la Une

Un défilé pas comme les autres

Lui-même détestait l’idée de laisser le moindre souvenir derrière soi, préférant se focaliser sur l’énergie du présent et des vivants. Le 5 mars dernier pourtant, Karl Lagerfeld n’a pu échapper à un énième hommage lors du défilé prêt-à-porter Automne-Hiver 2019-2020 de la maison Chanel (à laquelle il a consacré près de quarante années de sa vie). Son dernier.

Karl Lagerfeld, realisant son autoportrait. Photographie dans son studio en septembre 2014.