Featured

Réalisation Par- le phénomène mode

Alexandra, Christy, Violette… Ces mots n’évoquent sûrement pour vous que des prénoms féminins alors qu’ils sont synonymes pour de plus en plus de femmes des derniers must haves mode siglés Réalisation Par. Il s’agit de robes et autres blouses qui ne cessent de s’imposer un peu partout sur Instagram dans de magnifiques photos, pour certaines à l’esprit vintage. Mais alors Réalisation Par, Quésaco ? Autant par son nom énigmatique à la résonance française que par sa présence exclusive sur les réseaux -il n’y a pas de boutique et vous ne la trouverez pas dans les vingtaine de pages des magazines féminins- la marque intrigue. Laissez-moi donc vous éclairer sur le phénomène qui ne cesse de s’étendre jusqu’aux dressings des célébrités, it-girls, blogueuses et influenceuses. Tout ce joli monde se retrouve sous le hashtag #dreamgirls ( à ne pas confondre avec le film du même nom avec Beyoncé) parmi lesquelles on compte notamment Bella hadid, Rosie Huntington-Whiteley, Emily Ratajkowski, Kaia Gerber ou nos frenchies Jeanne Damas et Adenorah

Réalisation Par naît en 2015 avec à sa tête deux amies australiennes, Alexandra Spencer et Teale Talbot, une marque créée par des femmes, inspirées par les femmes, pour proposer le meilleur des femmes. Le principe: présenter à la place de multiples collections, à l’instar de ce qu’il y a en abondance sur le marché, des pièces individuelles mais déclinables à (presque) l’infini selon le combo gagnant coupe-motif. Ainsi, on retrouve les étoiles, les pois, et autres fleurs tour à tour sur une robe portefeuille délicatement décolletée -pièce phare de la marque qui lui a permis de se faire remarquer-, mini ou maxi, une blouse fluide à nouer ou un cache cœur à volants. Le tout avec des matières nobles comme la soie, dans un esprit très féminin, sensuel mais jamais vulgaire. En bref, voilà enfin une marque qui apporte les pièces emblématiques qui manquaient à nos vestiaires et qui s’adapte au style de chacune tout en redonnant à la gent féminine la confiance et la possibilité de se réapproprier sa féminité.

Voici cinq pièces* Réalisation Par à découvrir et à décliner (photo: Justine H.)

the-ozzie-pansy

La robe Ozzie avec sa coupe très féminine est parfaite à porter accompagnée d’une veste noire type blazer, légèrement oversize et des sandales originales à talons carrés. Le décolleté étant assez profond, j’opte pour un caraco effet lingerie qui permet en plus d’ajouter une petite touche habillée.

the-goldie-star-struck

La robe Goldie a un côté très funky et décalé, elle reste féminine avec son dos nu mais se veut aussi sporty avec une paire de baskets.the-cher-daisyLe top Cher est à porter de préférence avec une paire de jeans taille haute vu sa coupe courte. Un levi’s et des mocassins vintage offre ainsi un look rétro.
the-alexandra-red-starLa robe Alexandra n’est pas le best-seller de la marque pour rien ! C’est juste la robe parfaite et confortable, féminine à souhait, avec sa coupe portefeuille, ses volants et son motif étoiles. Elle peut autant se porter avec une paire d’escarpins, de baskets, ou de bottines comme ici pour un look plus rock. A associer également à un perfecto pour les fins de soirées printanières encore fraîches.the-valentina-daisy

Enfin, Valentina est la robe dont on rêve en ce printemps. Avec son motif fleuri et ses volants, elle amène un vent de fraîcheur et une touche romantique dans notre dressing. On reste sur la coupe portefeuille comme pour Alexandra mais cette fois-ci les manches sont plus courtes.

* Entre 140$ et 195$

Voilà également des alternatives ou « dupes » plus abordables. Et de ce côté là, on a de la chance car les grands canaux de distribution ont bien compris le succès de la marque australienne et proposent leur propre version. A commencer par la robe portefeuille Alexandra, que l’on ne présente plusAinsi Asos propose une robe combinant la coupe portefeuille, les volants et le motif étoiles (28$), lorsque Nobody’s child opte pour les pois blancs sur fond jaune (32$). Na-kd décline ces derniers sur un fond rose pour une touche très girly (55.95€) ou s’en écarte davantage avec un motif lèvres rouges sur fond noir (55.95€).

Autres que les mini robes, on trouve chez Réalisation Par des modèles longueur midi, ou des robes minimalistes. Là encore on peut leur trouver des dupes avec un modèle de chez Nobody’s child (32$) qui s’inspire de la robe Violette dans l’imprimé Summer Loving Green et un autre, toujours de Nobody’s child en substitut de la robe Christy à 26$.

Même la marque française The Kooples s’y est mise en reprenant l’imprimé cerises, dernier arrivé chez Réalisation Par sous le nom de Wild Cherry (modèles du haut) pour un top (193€) et une robe (298€) de leur dernière collection (modèles du bas).

Pour finir, Urban Outfitters propose une blouse à nouer avec imprimé à pois à 52€.

urban-outfitters-top.jpg

Et vous ? Allez-vous succomber pour Violette, Juliet ou Amelia ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s