Christian Dior, couturier du rêve

Petit post pour un grand homme à l’occasion des 70 ans de la maison Dior célébrés il y a peu lors d’une exposition au musée des arts décoratifs de Paris (elle a fermé ses portes en janvier). Parmi toutes les citations de Christian Dior, une en particulier a retenu mon attention et a résonné dans mon esprit alors que je déambulais dans le musée: «dans chaque cœur sommeille un rêve». De mon point de vue, cette phrase à elle seule résume la vie de Christian Dior, un Homme avec un grand h, qui a su réaliser son rêve, écouter ses envies, ses émotions et qui les a retranscrit dans ses créations. Elle fait aussi écho à chacun de nous, les passionnés, qui avons tous des rêves qui sommeillent en silence, il nous suffit de les réveiller et de les animer !

Christian-Dior-portrait-justus

Cette exposition était un événement que beaucoup de monde attendait. Des experts aux étudiants, des simples curieux aux connaisseurs. Pour ma part, il s’agissait là de non pas découvrir mais d’approfondir mes connaissances sur l’histoire de cette grande maison de couture, ses inspirations et la façon dont chaque successeur a su perpétuer l’ADN Dior tout en y apportant de nouvelles perspectives.

 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’exposition était composée de deux parties : la première avec la chronologie de la maison, le parcours et les inspirations de Christian Dior comme sa passion pour les fleurs ou l’impressionnisme. La scénographie particulièrement intéressante et dynamique mêlait avec justesse croquis d’époque, iconiques (on pense au tailleur bar), dessins contemporains, œuvres d’artistes (point d’orgue des inspirations de Christian Dior), modèles et miniatures. Outre la présence évidente des modèles de la maison, on pouvait y retrouver aussi tous les éléments liés à l’univers Dior : parfum, maquillage, maroquinerie. Tout ce petit monde se mêlait et s’entremêlait, nous proposant un véritable univers onirique. Une opportunité pour ma part à ne pas manquer pour pouvoir voir de plus près le travail, les détails et finitions de tant de créations admirées sur les pages de livres jusqu’à présent.

 

 

 

 

La deuxième partie nous amenait après le décès du fondateur et à la succession de son empire avec les différents directeurs artistiques, le travail de chacun d’eux étant exposé dans une salle différente comme autant de visions: Yves Saint Laurent, Marc Bohan, Gianfranco Ferré, John Galliano, Raf Simons.

 

 

 

 


Ce, jusqu’à la plus récente, Maria Grazia Chiuri dont on pouvait admirer le travail auparavant chez Valentino. Un vrai plaisir pour les yeux ! La salle aux jeux de miroirs nous faisait tourner la tête en nous présentant les créations à leur état brut, à l’étape du moulage.

 

 

Enfin, La dernière salle était particulièrement impressionnante et la mise en scène se mêlant avec justesse avec l’architecture des lieux était à couper le souffle.

salle-finale-architecture-dior-justus

Voilà la promenade au sein de cet univers qui s’achevait avec plein d’émotions et d’images en tête et avec un certain girl power en soi avec les deux dernières créations présentées: « We should all be feminists «  et « Revolution » !

maria-grazia-chiuri-dior-justus

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s